lundi 28 juillet 2014

Marvejols-Mende CR...du sang, des larmes et de l'amour...


Marvejols Mende2014 from coco andco on Vimeo.

L'avant course 

Elle démarre une semaine plus tôt avec ma gamelle magistrale...mon genou gauche et quelques-unes de mes côtes resteront très douloureux jusqu'au dernier moment, néanmoins il n'y aura aucune négociation possible, je ferais cette course quoi qu'il arrive,  mon seul compromis étant que je la ferais chaussée de mes Bondi alors que je me demande, depuis cette chute, s'il est bien judicieux de me chausser en Hoka One One tant parfois mon cerveau se déconnecte de l'effort à ,produire à force de tant d'amorti.., pour autant je sais que sans ces chaussures je ne pourrais jamais descendre les cols, je sais aussi que dans les montées elles ne vont pas m'aider, parce qu'elles ont les défauts de leur qualités ...

Je me pèle de froid, j'ai quitté mon petit village où il faisait 25° à 3h30 du matin, 5 heures plus tard il doit faire seulement 13° à Marvejols, c'est dire......je rencontre Julien, un peu à la bourre et qui part s'échauffer et JK42-F qui va faire de même , il n'y aura  pas d'échauffement en ce qui me concerne, pas envie...



JK42-F et bibi...



Julien, un peu flou mais ça c'est parce qu'il court vite...


Le départ :

La course démarre de suite en côte...Malgré l'avertissement donné au micro, j'oublie que cette côte n'est pas "la côte", c'est en fait un  petit machin pentu que je parcours allègrement, je me dis que mon entrainement en côte  de ces dernières semaines paye sa banane,  que c'est vraiment trop fastoche de chez fastoche.Youpi la vie! 


l'ascension des cols :

Dur ! Très très  dur!

J'y ai vécu ma plus grande frustration de modeste coureuse de fond et c'est cette frustration même qui m'a permis de terminer la course en moins de 3h00 comme je le souhaitais .... accepter de  faire comme beaucoup d'autres; ceux là même après lesquels j'étais très fâchée quelques minutes auparavant tant ils me renvoyaient, malgré eux, de l’énergie négative...  marcher un peu, parce que sinon ce n'est pas possible de continuer... dans le cas présent cela s'appelle de la gestion de course...j'ai l'habitude du dénivelé, tant en rando-pedestre qu'en entrainement de course mais là! ça dépasse l'entendement....au 2ème col je ferais d'ailleurs un bout de chemin à coté d'un monsieur qui se fera une joie de m'annoncer qu'il n'a pas marché durant le 1er col, qu'il court depuis plus de 15 ans, qu'il est un ancien militaire, blablabla....monsieur très sympathique que je finirais par semer, parce que j'ai accepté de marcher un peu,  plus tôt dans le parcours, quand ça devenait franchement trop dur, c'est à partir de ce moment précis pendant lequel je discute avec lui que  je commence à me dire que je ne suis pas si nulle....Cette course m'aura appris à lâcher prise et je pense que pour la petite routarde que je suis; la difficulté était précisément là...

Cette épreuve  à été une longue méditation et une très longue psychanalyse... je me suis demandé plusieurs fois ce que je fichais là, pourquoi? comment? qui suis-je? ou vais-je? ...Une multitude d'émotions sont sorties de dessous mon chapeau...je me suis trouvée face à la noirceur de ma vie, en face à face avec moi-même, j'en ai voulu au ciel, à la terre, aux autres, je me suis dis que tout ça ne valait peut être pas tant de souffrance et puis au final j'ai compris que cette souffrance là, celle que j'étais en train de vivre, souffrance physique, cadeau à moi-même, me permettait justement de continuer à vivre malgré les coups de couteau plantés dans le cœur, les souffrances morales infligées par d'autres...et c'est là que Daddy déboule dans mon run....je comprends enfin  pourquoi je cours, je l'accepte et je m'allège... malgré la difficulté je retrouve mon sourire intérieur et je me plais à imaginer que peut être Daddy laissera tomber un jour ses chocapic,, nan parce que tu vois daddy? tes chocapic, que j'imagine, à tord ou a raison, à force de te lire, écrabouillés par toi, dans du lait ...dans les descentes ça ne passera pas du tout... on ne descend pas ces fichus cols de la mort qui tue avec du lait aux chocapic écrabouillés dans un camelbak, jamais!!! Alors, pendant ma descente, je récite à David, la recette de mon thé vert salé à la banane (là, pour le coup, faudrait peut être qu'un jour j'en parle à un vrai psy, m'enfin c'est pas le propos...)

Cette course est difficile...

J'y ai pleuré les guerres, les colonisations et les crash d'avion, pleuré les injustices, les mesquineries, les petites méchancetés de tous les jours , les miennes et celles des autres, j'ai vomi les conflits familiaux...

J'y ai craché sur le temps qui passe et sur mon ego surdimensionné...

Je m'y suis "dépacsé" 3 fois de coach-chéri qui m'attendait à l'arrivée et dont les encouragements m'ont cruellement manqués tout le long du chemin...je me suis repacsée avec lui, tout autant de fois, parce que quand même mon coach-chéri, je l'aime d'amour et puis en plus c'est lui qu'à les clefs de la voiture...

Je  m'y suis attendrie en tapant dans les petites mains des enfants, tendues pour l'occasion, attendrie aussi en entendant 2 petites filles chanter à la gloire de leur pépé "alléz papy-boule, allez papy-boule, allez..."

J'y ai cru reconnaître Roger mais je me suis bien gardé de lui demander si il était bien mon Roger de Nimes à moi parce que là, tu vois,  j'étais pas  trop d'humeur à plaisanter..


La descente des cols

Alors là  mes agneaux, je peux vous dire que je me suis félicitée du choix de mes chaussures...si après ma chute la semaine précédant cette course, je me suis posé pas mal de questions et fait tout autant de noeuds au cerveau concernant l'épineuse question du choix de la paire de  runnings adéquate, je n'ai plus eu aucun doute lors de ces descentes de la mort...de toute façon c'était un peu tard mais quand même....j'ai descendu le 1er col à une vitesse excessive pour la petite personne que je suis, paradoxalement j'ai descendu le 2ème col, (un peu moins raide) , beaucoup moins rapidement mais tout de même...beaucoup l'ont descendu en marchant, j'ai entendu des "ouïe" et des "aïe" en dépassant un "concurrent" ...pin-pon-pin-pon- une ambulance arrive...je double tout ce que je peux, à fond les ballons, grisée...je me dis que si je réédite la chute de la semaine dernière cette fois ci, en pente, ça risque de faire très mal alors je connecte mon cerveau à la route parce que en Hoka on vole toujours un peu et que le piège c'est précisément et potentiellement d'oublier de faire attention à ces appuis, à sa foulées, aux trous, aux bosses, à la course tout simplement...et je continue de courir, ça n'en finit jamais mais je me dis qu'une fois en bas, je serais presque arrivé...c'était sans compter la côte qui se trouve justement après cette descente... avant l'arche d'arrivée...

Les moments d'humanités : 

Je n'ai jamais vu autant de gens se parler pendant une  course, jamais vu non plus autant de bienveillance sur une épreuve ...Des gens qui me dépassent et me demandent comment je me sens...une coureuse qui me propose un bonbon à la menthe pour me revigorer...des enfants qui s'époumonent à nous encourager, des bravo, un vieux  monsieur assis sur une chaise et qui avait l'air d'être assis  là, au même endroit, sur la même chaise, pour la 42ème année consécutive, contemplant  les coureurs dans la même joie pudique...

Et puis il y eu Fanny....je suis, je crois, dans le dernier kilomètre...je suis "à la ramasse totale" , je n'ai même plus l'énergie de remercier les gens qui nous encouragent encore, presque 3h00 après le coup d'envoi, tout au plus je lève vaguement la main en guise de remerciement...et tout d'un coup une jolie bourrasque d'énergie vient me prendre par la main, je tourne la tête et je reconnais Fanny du blog trail&co, , Fanny que je n'ai jamais vu qu'en photo et avec laquelle je communique sur nos blogs respectifs, depuis si peu de temps et pourtant, elle est là... je cours avec ma main dans la sienne sur plusieurs mètres, j'entends ses encouragements, je me nourris de sa force, de sa gentillesse et de sa bienveillance et je lui rends sa liberté... j'approche de la fin, je continue en serrant les dents, je ne me rends même pas compte que ça grimpe encore, je suis une machine à courir, je cours, je vais atteindre l'arche en moins de 3h00, j'en suis certaine maintenant, je cours, je cours, je passe devant coach-chéri qui m'encourage, je l'entends crier "vas-y coco" je ne peux pas lui répondre tellement mon effort est intense, j'ai  encore environ 200 mètres à parcourir, peut être un peu plus,  j'approche de l'arche, une main s'enfonce dans la mienne, je tourne là tête, surprise, il s'agit cette fois d' une gentille dame qui m'est  totalement étrangère, je me laisse faire, parce que c'est de l'énergie finale en cadeau cette affaire là, j'accélère la cadence même si ça ne sert plus à grand chose, quelle importance, à mon niveau, 2 secondes de plus ou de moins mais cette énergie là est si grandiose, ce cadeau là est si fort que j'accélère avec joie, elle me dit "nous allons finir ensemble" alors nous courrons main das la main jusqu'à la ligne d'arrivée que nous passerons ensemble..."je n'ai pas voulu vous doubler au dernier moment, bravo!!!" me dira-t-elle, je la remercie, elle s'évanouit dans la foule, je suis un peu submergée par ce moment si fort,  je vais chercher ma médaille de finisher, on m'offre des cadeaux que j'ai peine à tenir dans mes mains tant je suis fatiguée, je titube un peu, je vais m'asseoir à terre en demandant à deux jeunes filles d'attraper ce que j'ai dans les mains sinon tout tombera tant je ne coordonne plus rien....

Coach-chéri me cherche, finit par me voir, assise par terre, résignée à l'attendre, je suis finisher de la 42ème édition du Marvejols-Mende...




Yannick (le Chéri de fanny), Fanny et moi-même...









33 commentaires:

  1. whaou, tout çà sur une course ! On peut dire que tu es allé la chercher ta médaille de finiher. Un énorme bravo Coco, t 'es une championne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci kali, l'an prochain on la fait ensemble j'espère, j'y retournerais c'est certain...

      Supprimer
  2. Yeah!!!!! J'adore ton CR.
    C'est pour tout ces moments que j'adore la course à pied, pour ses hauts, ses bas et tout ceux à quoi on pense quand on court.
    Et pour tout les sourires, les encouragements, les gens qui te poussent ou que tu poussent alors que tu ne l'es connait pas du tout.
    Malgré la douleur malgré les je ne recommencerais plus et bien ce n'est que du bonheur!!!!!
    Encore félicitation!!!!!! Bonne récup!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci gwendoline, ouaip plein de chose nous font aimer la course et j'en ai pas écrit la moitié de ce que j'ai vécu ..

      Supprimer
  3. Très beau récit émouvant. J'ai fait cette course en 2013, il faisait plus de 32°C. Je vois de quoi tu parles. Et j'ai marché dans le 2ème col aussi. Mais étant plus trailer que marathonien, ça ne m'a pas gêné plus que ça. Et l'ambiance sur le parcours, la gentillesse des lozérien (que je connais aussi par le Lozère Trail) .... tout ça fait que cette course très difficile, de l'avis de coureurs plus que confirmés, est magique et qu'on a envie de prendre sa revanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci et bienvenu sur mon blog...ah oui je la prendrais l'an prochain ma revanche, j'y retournerais c'est certain...

      Supprimer
  4. Magnifique CR, plein d'émotion. J'y retrouve bien la description de la fabuleuse ambiance de cette course, sa difficultés aussi à partir du petit pont qui précède l'inscription sur la route: "Ici commence l'enfer!!".
    Très content en tout cas de t'avoir croisé, ainsi que ton coach chéri photographe fan bienveillant.C'était très sympa, comme vous!
    A l'année prochaine peut être?
    JK42-F1

    RépondreSupprimer
  5. merci...tout le plaisir était pour nous...bien sûr je la referais l'an prochain...je veux voir un jour, en cherchant mon n° de dossard sur cette course, mon nom dans la liste "des accrocs du bitume" (souvenir imprécis ???)
    donc oui...à l'année prochaine, si on ne se recroise pas d'ici là sur une autre compétition

    RépondreSupprimer
  6. Bravo, c'est très motivant pour moi de lire autant de courage et d'émotion dans un CR
    Encore Bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci et bienvenu sur mon blog....
      au plaisir de te lire...

      Supprimer
  7. Je viens de regarder la vidéo c'est quand même impressionnant la vitesse de départ des premiers.... Ça me fascine!!!!
    Super reporter Coach chéri dis donc, il fait ça bien!!!!!

    RépondreSupprimer
  8. et oui il y a un paquet de grand champion sur cette course, rien que de les voir à l'échauffement c'est impressionnant...mais ce qui m'impressionne le plus c'est le contraste entre leur allure à l'arrivée qu'on voit bien sur la vidéo et la mienne , oups...

    RépondreSupprimer
  9. Oui aussi!!!!!
    Sur le marathon de Caen déjà j'avais été impressionnée entre la vitesse des premiers et celle des gens "normaux". Les premiers quand je les vois je me dit que même en fractionné à mon max je les suivrais pas et pourtant les mecs ils avaient 42km dans les pattes!!!!

    RépondreSupprimer
  10. hé ouai, la vie est cruelle parfois lol

    RépondreSupprimer
  11. Superbe CR ;)
    Ca donnerait presque envie de faire cette course... tant d'humanité dans ce monde de brute, ça fait du bien à lire !! Et de voir le plaisir que tu y as pris ! c'est aussi pour ça qu'on aime la course à pied ^^
    Encore 1000 fois bravos, et bonne récup !!

    RépondreSupprimer
  12. merci...n'hésites pas si un jour tu as envie de la faire, prépares toi et fonces!!!

    RépondreSupprimer
  13. Oui avec joie quand j'aurais déjà fait un semi, quand j'aurais plus mal aux genoux tout ça tout ça quoi... (bientôt je l'espère, je suis en manque !)

    J'ai oublié de dire, tu es rayonnante sur la photo ! ;)

    RépondreSupprimer
  14. ben justement tiens, penches toi sur la question des chaussures parce que franchement ça peut faire une sacrée différence, après ma chute de la semaine dernière et vu comment j'avais mal au genou je t'assure que descendre les cols sans souffrir relevait du miracle...je dis ça je dis rien ...

    merci pour le compliment c’est l'effet "bain d'endorphines" je pense qui fait ça, moins cher que les crèmes à 3 millions de dollards ;o))

    RépondreSupprimer
  15. Ahaha ça c'est clair !!

    Pour les chaussures c'est ce que m'a dit mon kiné, m'enfin bon aux dernières nouvelles je ne suis pas assez riche pour m'acheter 10 paires différentes pour tester si éventuellement y'en a une qui ne me fait pas mal...

    ce week end je vais en Normandie je vais essayer de courir sur la plage et / ou sur chemin de terre, ya moyen que ça me fasse moins mal que sur béton... à voir !

    RépondreSupprimer
  16. attention au creux et aux bosses sur les chemin de terre pas de vol plané, ok?

    RépondreSupprimer
  17. Super ce CR!!! j'ai pris autant de plaisir à lire que toi à lécrire j'en suis sûre.
    La fin de ta course est tout simplement unique, grandiose. Quelle expérience. Quelle aventure! Quel solidarité. Quel soutien. C'est génial ce que tu as vécu!
    Et ton récit nous prouve encore une fois que tu sais courir. Tu sais y faire. Je suis admirative! Tu m’impressionnes!

    RépondreSupprimer
  18. oups, je me fichais de ma mère, il y a 5 mn parce qu'elle chouinait en lisant mon blog bon ben en plein dans le 1000 ma belle, ça va être mon tour ;o((
    merci pour ces gentils mots qui me touchent beaucoup

    *part chercher des kleenex...

    RépondreSupprimer
  19. Ho j'en ai les larmes aux yeux d'une belle arrivée!
    Quel beau récit! Moi qui hésite à faire un semi par peur du manque d'humanité sur les courses sur routes par rapport aux trails, tu me donne envie! Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas dans quelle région tu te trouves alors c'est difficile de me mettre à ta place, personnellement pour mon 1er semi, j'ai choisi celui de Nimes histoire qu'il y ai un peu de monde (je ne suis pas une flèche alors courir isolée loin derrière un peloton pendant plus de 2h00 ça n'est pas chouette) et sur ce semi le contact avec les autres coureurs étaient palpable aussi : http://dossard327.blogspot.fr/2014/05/lavant-course-arrivee-sur-le-site-vers.html

      merci pour ton petit mot et bienvenue sur mon blog ;o))

      Supprimer
  20. Encore BRAVOOOOOOO ma belle !!!! Ravie d'avoir fait quelques foulées avec toi !!! Un très bon moment pour moi aussi !! Et merci pour les photos :D

    RépondreSupprimer
  21. Merci et au plaisir de vous recroiser tous les deux à nouveau.... je devais être un peu à l'ouest dimanche car j'avais prévu de faire les 20km de Montpellier depuis quelques semaines déjà et je n'ai pas "tilté" quand nous en avons parlé...enfin bref, j'ai pas encore atterrie, je suis toujours à Marvejols à l'heure où j'écris et je compte bien le refaire l'an prochain ;o))

    RépondreSupprimer
  22. Super content de t'avoir rencontré et d'avoir lu ton CR, je l'attendais mais n'avais pas internet rahhh! Jolie course, super chrono, arrivée en vie, tout va bien: Bravo et désolé pour le post à 4h30 ahaha! Julien

    Et merci pour la photo!!

    RépondreSupprimer
  23. Merci ....pareil pour moi, en espérant te recroiser sur nos petites courses locales avec un peu plus de temps devant nous ....si tu as un CR écrit quelque part je suis preneuse aussi...quelles sont (potentiellement ) tes prochaines courses ? pour moi ce sera Toulouse et Montpellier (semi et 20 km) et ensuite Montady bien sûr et la corrida de Port Leucate pour le fun...
    Se coucher au petit matin après le marvejols-mende;c'est beau d'être jeune lol mamie à "comaté" tous les soirs de la semaine...

    RépondreSupprimer
  24. Oui c'est sûr qu'en arrivant à 8h15 c'était pas évident pour prendre le temps, vraiment un contre là montre pour arriver à temps! Pas de CR en vue, sûrement le trail de la clape et après je vais vraiment me préparer à mort pour les 10kms car championnats de france en vue en 2015, et les cross en hiver, donc euh Alès sûrement, leucate beziers nimes de toute façon on se tient au courant !

    RépondreSupprimer
  25. oui, on se tient au courant bien sur et je te souhaite tout plein de podiums pour la suite ;o))

    RépondreSupprimer
  26. Vraiment formidable ce billet. Je viens de le lire pour la X fois et j'ai envie de courir là, tout de suite.

    RépondreSupprimer
  27. merci ;o))
    cette course restera un super souvenir et je pense aussi que ça va devenir mon incontournable a refaire tous les ans, malgré les 3h de route pour y arriver ...

    RépondreSupprimer