jeudi 12 juin 2014

A Michel...

Je suis passé devant chez toi ce matin en partant pour Montplo. J'aurais pu écrire ma peine debout devant ta porte mais j'avais peur que la rosée du matin qui perlait à mes cils n'emporte mes mots fraichement écrits. Alors je suis partie à Montplo.Je t'ai écris dans ma tête tout en courant avant de t'écrire ici.

Je me suis dit qu'une correspondance internet passe forcement par monts et par vaux alors sait-on jamais....

J'ai couru jusqu'à Montouliers en me repassant en boucle tes petits messages sur ce blog ou ailleurs à propos des mes courses et puis j'ai suffoqué avant même d'attaquer la côte de Montplo mais le dénivelé n'était pas en cause.

J'avais mis le cardio comme tu me l'as si souvent conseillé mais je n'avais pas changé de jambes, ça non...et  j'ai grimpé cette fichue côte en pensant à toi...

Adieu mon "petimimi"


(Merci de ne pas commenter ce billet, ni de près ni de loin)











Aucun commentaire: