vendredi 2 mai 2014

Semi de Nimes; mon CR... Coco rencontre Paul, la vierge et Roger...

L'avant course:

Arrivée sur le site vers 7h30 du mat, je me prends une claque "direct"...il y a du monde et pas qu'un peu, nous sommes environ 3500 coureurs au départ, toutes courses confondues (5km, 10km et semi),  je suis plutôt habituée aux courses de village, je circule donc en apnée...

Retrait des dossards à l'intérieur des arènes, ça bouchonne un peu mais ça ne prendra finalement que quelques minutes, on me donne un joli tshirt technique, il n' y a plus de XS, tant pis, vas pour le M, je fais pas ma chochote  j'ai l'habitude...

On cherche les toilettes partout...on trouve finalement l'installation de base portative coutumière, 4 pipi-room pour 3500 coureurs je te laisse imaginer la joie que c'est ...

On appelle Paul au téléphone qui nous rejoindra rapidement, accompagné de sa chérie...bisous, bisous, comment ça va? clic-clac la photo souvenir puis j'embarque Paul pour  un échauffement en mode "minimum syndical" ..on se perd de vue un moment après ce petit run de rien du tout  puis on finit par se retrouver; nous partons en direction du sas + de 2h00...Paul tient à faire un bout de chemin avec moi du coup on coupe un peu la poire en deux,  on ne se mets ni trop à l'arrière ni trop en avant...coup d'envoi, déclenchement du chrono, faux départ, arrêt du chrono et ça repart...

La course:

là je te dis tout de suite, je ne te ferais pas un compte rendu kilomètre par kilomètre, ça va te barber, en plus je ne me souviens plus trop de la chronologie des faits...mais tu vas voir ça croustille un peu, lis la suite pour en savoir plus mais je suis sympa je vais t'en dire un peu quand même... pendant la course  j'ai fait des rencontres; 2 pour être exacte...une qui a failli me laisser sur le carreau,  il s'en est fallu d'un cheveux...et une 'autre qui n'était pas la plus glamour  de mon existence mais bon à mon age, on fait ce qu'on peut...ne lis pas en diagonale, j'y reviens plus tard, promis....

Je part donc avec Paul sur les 2 premiers km environ, on ne voit pas grand chose, le soleil, le monde, la rue étroite, je me dis que c'est vraiment dommage qu'il n'avance pas un peu plus vite, je n'ai pas envie de le ralentir et si j'apprécie le fait qu'il ai choisi de faire un bout de chemin avec moi je culpabilise un peu quand même alors je lui donne notre vitesse en instantané dans un moment où ça bouchonne histoire qu'il décolle un peu, la vitesse en instantané via la garmin y a rien de tel pour te filer les chocottes pendant une course...7'et des bananes/km, Paul a des ailes qui lui poussent dans le dos instantanément, c'était un peu le but...il décolle, je ne le reverrais que bien plus tard après mon arrivée...on aurait pu se rater d'ailleurs, je te raconterais plus tard l'histoire du café "kawa one " et de sa terrasse improbable...Pour le moment revenons en à nos moutons, c'est le début de la course, ça bouchonne, j'ai du mal à trouver mon rythme, ça lambine et je suis dans un peloton; ça j'aime bien et c'est assez rare en ce qui me concerne...et c'est là que je vais faire ma 1ere rencontre qui aurait pu m'être fatale...


Nous sommes serrés comme des sardines, je ne vois pas grand chose, j'entends une sirène de moto, je comprends que je dois monter sur le trottoir, je pense que c'est une ambulance, je n'y comprend rien du tout, le soleil m'aveugle, la moto passe, le trottoir étant minuscule je ne perds pas de temps pour rejoindre la chaussée (dans ma mémoire hélas je ne sais pas du tout où sont situés les autres coureurs à ce moment précis)  et bam!!!! qu'est ce que je vois juste devant moi???? arrivant à toute berzingue en sens inverse, alors qu'on est partis depuis quelques minutes seulement, que la circulation est coupée et que je me crois presque seule au monde, qu'est ce que je vois????; si ce n'est toute  ma vie qui défile à toute vitesse, genre je vais mourir dans la minute....Un bolide!!! un bolide africain (me demande pas sa nationalité, j'ai pas osé lui demander)... je ne vois pas son corps je ne vois que son visage et son  rictus qui à juste l'air de dire "mais qu'est ce qu'elle fiche là cette conne, je vais la tuer" ....Je ne sais pas lequel de nous deux à eu le plus peur...son rictus va me hanter longtemps et le pire dans tout ça c'est que si ça se trouve il m'a déjà oublié modeste runneuse riquiqui  que je suis, bref...J'ai pas vérifié mais ça devait être le 1er du 5km...

Je reprend ma route, le peloton s'étire, Paul s'évanouit dans la nature , j’accélère enfin et je trouve mon rythme de croisière, je m'arrête au 1er ravito, je bois un verre d'eau, je repars,  la relance est un peu diffcile, et puis ça va bien, ça va mieux, ça va même de mieux en mieux (je passe volontairement sur la petite nausée juste après le gobelet avalé un peu vite et sur le point de coté qui est sur le point de s'installer...)

Je semble servir de lièvre à une jeune femme qui courra cote à cote avec moi  jusqu'au deuxième ravito, on ne se dit pas un mot, on court c'est tout, je suis bien, super bien même, j'ai même jamais été aussi bien en course, tu vois y a  rien de palpitant, j'arrive au 2ème ravito tenu par des militaires qui s'engueulent un peu rapport au fait qu'on ne sait plus trop si le gobelet est plein, vide, usagé ou non,  perso je me fiche un peu de boire dans un gobelet qui aurait déjà servi, je bois mon verre et je les laisse à leurs histoires en disant au revoir et merci...je repars en passant devant le brumisateur (trop cool ce truc) ,  je suis bien, je cours, je cours et je ne suis pas loin de voir la vierge....seulement c'est pas la vierge que je rencontre, c'est Roger....

Roger je sens bien qu'il a fait un effort pour arriver à mon niveau, un coup d'oeil sur le coté et je remarque qu'on ne doit pas courir dans la même catégorie, j'apprendrais plus tard  via les résultats sur top chrono qu'il court en V4 (mais une catégorie c'est sur plusieurs années si tu vois ce que je veux dire, bref...)

J'engage la conversation, j'ai beaucoup de mal à comprendre les réponses en retour à mes questions mais bon pour Roger c'est dans la poche, il a trouvé son lièvre et ne compte pas le lâcher de sitôt...Nous allons courir ensemble sur plusieurs kilomètres  et crois moi sur parole, Roger je vais lui mettre un peu la pression, voici un extrait de nos conversations

lui "on est à combien là? "
moi "on lambine on est à 7'/km,  faut s'activer un peu"
lui "7km/H ? c'est bien"
moi "ben non c'est pas bien (j'explique le concept de l'allure, mn/km quoi) , allez hop on accélère..."

Je le largue un peu mais il finit par me rejoindre, on jouera à ce petit jeu pendant 3 ou 4 km...je le perds et d'un coup j'entends derrière moi  "tagada,-tagada"  et c'est Roger qui déboule...

lui "lui on est à combien là? "
moi; "12km et des bananes"
lui "il en reste plus que 6 ou 7"
moi "non! il en reste beaucoup plus"
lui "j'en peux plus"
moi" c'est pas le moment de se plaindre, on va finir la course ensemble, ok? "

Je le reperds à nouveau puis "tagada-tagada" revoilà Roger qui me demande mon petit nom, me donne le sien, me dit qu'il n'en peut plus...on joue au yoyo jusqu'au 3eme ravito  un verre d'eau et on repart, il lambine, je l'appelle à tue-tête : "rogerrrrrrr" il déboule essouflé,  je le fais rire en lui disant que si il a couru après les filles comme ça il n'a pas du s'ennuyer dans sa vie, il rigole, on continue, il dit qu'il a mal partout partout partout, je l'engueule en lui disant que quand il sera mort il n'aura plus mal nulle part et qu'il faut en profiter, sur le moment ça le fait pas trop rire, je le largue un peu, puis il redéboule; passe son bras autour de mes épaules (c'est vachement pratique pour courir ça ) et me demande de l'attendre à l'arrivée, je lui signale au passage que coach-chéri m'attend aux arènes, ça le calme un peu, on fait encore quelques mètres ensemble et je trace la route définitivement, j'ai dépassé le 17ème km, je décide d'enclencher le turbot, je me sens super bien, jusu'au 19ème km je serais au paradis avec la vierge et tous les saints...

L'arrivée :


Je vois bien à ma montre et au marquage qu'on n' a pas encore atteint le 20ème km mais me voilà devant les arènes alors bêtement je me dis que la fin est toute proche, dans 3 minute l'affaire sera classée, ça tombe bien par ce que j'en ai un peu raz le bol, en fait c'est ma garmin qui a du se planter, le marquage au sol ça devait être pour autre chose, le 5km peut être puis il y a eu le faux départ,  tout ça tout ça, 3 mn et c'est plié....je croise un bénévole, je lui demande où nous en sommes histoire qu'il me confirme la chose:

moi" on en est où là ? "
lui "il reste 15 minutes de course à  peu près"
moi: "$*#&^"
lui "c'est rien, 15 minutes..."

C'est pas possible, je suis devant les arènes....c'est pas possible, l'entrée n'est pas loin....c'est pas possible parce que je n'ai pas prévue de courir plus longtemps...c'est pas possible parce que j'ai soif....c'est pas possible du tout cette histoire de me faire croire exprès que c'est fini en traçant exprès le parcours final devant les arènes, et pourquoi on s'en éloigne d'abord? hein?  qu'est ce que je fiche dans cette rue?  les arènes sont à ma droite et on me dit d'aller à gauche, ça va pas, j'en ai plein le dos, puis y a du monde, ça ne me plait pas ...je manque de m'emboutir une bonne femme avec son môme qui traverse pile exprès au moment où je passe, je l'engueule, je continue dans une ruelle, "putain y a un chien", "nan, mais je le crois pas y a un chien sans laisse qui fait le con en plus" m'en fiche si il m'approche je lui fiche un coup de pieds...je continue, je devrais approcher les arènes ben non c'est fait exprès,  je m'en rapproche pas du tout, j'ai payé pour courir 21,1 km je dois courir 21,1 km...je double un groupe qui vient de démissionner, tout prêt du but en plus,l''une d'elle dit "j'en  referais pas un de sitôt" ....je lui en veux de ne pas être allé au bout ...c'est nul, elle est jeune, elle y est presque et elle dit "j'en referais pas un de sitôt" ...je continue vers mon destin puisqu'ils ont décidé de mettre les arènes à trois milliards de km de l'arrivée alors que l'arrivée est sensée être précisément dans les arènes... alors je ne fais plus ma gentille, poussez vous qu'on en finisse...un automobiliste qui 'na rien à faire là s'apprête à faire une manœuvre sur mon chemin; "ben vas-y j'm'en fous j'ai rien à perdre, je passe, je suis la france qui passe et je t'emmerde", en vrai tu penses bien que j'ai rien dit de tout ça,  je l'ai juste pensé très fort, je sais c'est pas beau, mais que celui qui n'a jamais pesté à l'arrivée du semi de Nimes me jette la 1ère pierre...

Ca y est j'y suis....j'entre dans les arènes, enfin, c'est sombre là dedans...j'arrive dans l'arène....je pique un mini-sprint...biiiiippp, je sprinte encore: bipppppp, putain elle est où cette fichue arche de malheur? ...je cours je cours, je m'arrête vaguement, mes bras continuent de s'agiter, je recours, je suis stoppée par une dame derrière une rambarde: "on est arrivé là? " elle me demande si j'ai besoin  d'aide;" ben non je vais très bien, pourquoi? " je retrouve coach-chéri qui me parle, qui me parle, mais je suis encore un peu tout près de la vierge alors forcement le dialogue est difficile,  je lui dit:

"je dois retrouver Roger"
" -----  "

Je comprends que je ne peux pas accéder de près à l'arrivée des autres participants, je vais me mettre un peu à l écart de la foule , je fais un petit malaise, coach-chéri est inquiet, une dame me regarde l'air affolé, moi je maîtrise parfaitement la situation, coach-chéri me sort mon bidon de thé salé-sucré à la banane et en 3 secondes ça va mieux....je me remets sur pieds, on repart vers l'intérieur des arènes, je croise un monsieur sorti de nulle part qui me demande si je vais mieux; je lui dit "ah bah vous seriez pas Roger par hasard? " il me dit que non  qu'il n'est pas Roger du tout  mais qu'il m'a vu tout à l'heure et  qu'il était juste inquiet pour moi...

On s'assoit un peu sur les gradins, pas très longtemps, je loupe Julien, je suis encore un peu à l'ouest...

The End...


Épilogue...

je vous ai gardé le meilleur pour la fin...

Nous appelons Paul et sa belle puisque nous avons convenus de nous retrouver après la course pour aller boire un pot...je souhaite passer au stand Hoka, je m'y arrête donc  je demande à coach-chéri de gérer l'appel...

"Nous sommes au stand hoka one one"
"ok,  on arrive"

on attends

on attends encore

on attends toujours

bon,  en même temps,  on à le temps,  ça tombe bien...

Le téléphone sonne, c'est Paul...il cherche depuis un moment le café où nous sommes sensés être, le  "kawa one"...avec un nom pareil  tu penses bien que ça doit être un bistro avec une terrasse vachement  sympa, mais il ne le voit pas....et pour cause...

Du coup j'ai eu largement le temps d'essayer une paire de Stinson Tarmac de la marque Hoka One One....et j'en rigole encore...





Échauffement en mode minimum syndical






14 commentaires:

  1. La fin de la course m'a fait mourir de rire, ahah! Et ce roger qui se carbonise en voulant draguer! Ce récit est vraiment sympa, il y a tout !! Je râle encore de t'avoir raté!
    L'africain, ça devait être l'ougandais, il s'est trompé à la bifurcation et à fait le 10 km en 29'30 au lieu du semi! donc ça va vite
    Tiens si tu veux mon céaire barbant km par km http://www.kikourou.net/recits/recit-15884-semi-marathon_de_nimes_-_10_km-2014-par-calaferte.html
    Bravo à toi et merci pour ce cr qui m'a égayé ma journée! Julien

    RépondreSupprimer
  2. je ne sais pas si il était ougandais mais pétard il courait vite, quand je serais remise de mes émotions (en vrai j'ai rien fichu de la journée et le devoir m'appelle à la cuisine) j'irais regarder si je trouve son visage quelque part sur le net...et ton CR m’intéresse bien sûr, je le lirais avec plaisir....
    tant mieux si je t'ai fais rire....on se croisera un jour c'est sûr mais on s'organisera mieux ;o))

    RépondreSupprimer
  3. Excellent ce CR, tu m'as bien fait rire. Il est fort ce Roger, il perd pas le nord !
    Encore bravo pour ta course!

    RépondreSupprimer
  4. merci et tant mieux si je t'ais fait rire....
    ah oui il a fait très fort le bougre...enfin il a terminé la course, je l'ai vu dans les résultats de top chrono alors ça me va bien ;o))

    RépondreSupprimer
  5. Ah les parcours qui passent tout à côté de la ligne d'arrivée avant de partir pour une nouvelle boucle, ils sont terribles pour le moral. Au marathon de Marseille le km 30 passait à 100 m de l'arrivée, mais il restait encore 12 km de boulevards déserts et de quais à parcourir.
    Bravo pour le chrono en tous cas !

    RépondreSupprimer
  6. merci ;o))
    ah oui c'est terrible surtout quand tu ne l'as pas prévu, l'an prochain ça ne me fera pas le même effet je pense... par contre, merci pour l'info sur le marathon de Marseille car il se peut que je le fasse un jour, j'imagine ce que tu as du vivre si tu ne l'avais pas trop prévu non plus...

    RépondreSupprimer
  7. Toujours aucune nouvelle de Roger ????
    Bravo pour cette course, tu semblais bien avoir des ailes !

    RépondreSupprimer
  8. merci... des ailes je ne sais pas mais un papy aux fesses ça aide lol...
    aucune nouvelles de Roger qui restera un peu dans la mémoire runnesque et collective du net en tout cas ;o))

    RépondreSupprimer
  9. J'ai bien rigolé haha, surtout pour la petite erreur de compréhension "kawa one"...
    j'imagine qu'effectivement ça devait pas être cool de passer à côté des arènes alors que c'était pas vraiment la fin, ou l’ascenseur émotionnel qui ne fait pas plaisir en fin de course...
    Je ne comprends jamais pourquoi les "routes barrées" pendant les courses ne le sont pas vraiment puisque des gens s'amusent à couper la route et en plus en rigolant... grrr

    RépondreSupprimer
  10. je crois que le "kawa One" va rester longtemps accroché aux basques de Paul en effet lol pour la route barrée qui ne l'était plus, j'imagine qu'en début de course ça devait être plus difficile de déjouer la vigilance des bénévoles, moralité plus tu cours vite plus tu es tranquille, mais on le savait déjà un peu lol

    RépondreSupprimer
  11. Ahhhh ben voilà un CR qui donne le sourire !!! Pour le petit malaise après l'arrivée ça me l'a déjà fait aussi :-( En tout cas un grand BRAVO Coco !!!!!

    RépondreSupprimer
  12. merci, je suis encore un peu dedans je n'ai pas tout à fait atterrie et j'e n'ai qu'une hâte c'est d'en faire un autre pourtant nous sommes déjà le 6, j'ai l'impression que c'était hier ;o))
    Je suis passé sur ton blog, alors le trail dans les musées lol, ça le fait bien aussi, non,?

    RépondreSupprimer
  13. merci, c'est gentil, bonne course pour dimanche (si je ne me trompe pas dans les dates)

    RépondreSupprimer