lundi 12 mai 2014

La joie de courir...

Courir rend joyeux c'est indéniable. Cette  joie  ne dépend ni d'un podium gagné, ni d'un nouvel achat, ni du temps qu'il fait, c'est une joie profonde, sans objet, juste elle apparaît, sans condition, pendant que tu cours et s'installe en toi pour y rester au chaud longtemps après la douche, l'assiette de pâte ou la sièste réparatrice...

Ce n'est pas la joie qui fait rire aux éclats après un verre de bon vin, pas vraiment non plus celle qui illumine les yeux le soir de noël et encore moins celle qui nous tord la bouche en un sourire mauvais quand notre ennemi d'un jour glisse sur une peau de banane, c'est une joie qui ne se voit pas de prime abord, une joie intérieure, une joie invisible et silencieuse, qui se faufile au dedans de toi sans faire de bruit...

Tu cours, tu cours, tu en baves un peu, il fait chaud ou il fait froid mais tu cours quand même, déjà les passants  remarquent que tu n'es pas comme eux ne pensant qu'à se mettre à l'abri, de la pluie, du vent ou du soleil brûlant, ils font un peu la gueule et toi tu cours et tu es content, tu cours encore et le passant suivant en t'observant un peu se dit que tu es un peu fou d'aller te perdre ici à courir, d'ailleurs il est sûr de t'avoir vu sourire, tu es le doux-dingue qui court en souriant à personne mais tu t'en moque tu continues de courir et tu emmagasines du bonheur, tu lui fais prendre racine à ce bonheur et puis tu grimpe la côte, tu es concentré sur ta foulée et ta respiration, c'est une épreuve, c'est difficile, tu ne souris plus du tout mais c'est le signe que  ta joie est encore plus grande, tu vas redescendre à toute jambe ce que tu as monté et là, comment te dire? quelque chose de pur et de lumineux t'envahit, ça chante et ça vibre à l'intérieur de toi, du bout de tes orteils jusqu'au sommet de ton crane, la joie s'empare de toi, tu cours, tu cours, comme on nage dans le bonheur...

12 commentaires:

  1. C'est exactement ça, même si je dirais plus "bien-être" que "joie"

    RépondreSupprimer
  2. pour moi le bien être c'est plus quand je mange du chocolat...la joie ça dont je parle icic n'est pas celle qui fait rire aux éclats, "la mienne " se rapproche plus de la joie du croyant ou du méditant, un truc dans le style quoi...le running rend philosophe, tiens voilà l'idée d'un nouvel article qui germe, merci diarydaily ;o))

    RépondreSupprimer
  3. Oh oui! pour l'idée du nouvel article, ou bien?

    RépondreSupprimer
  4. Euh non...c'était un oh oui de joie...tu ne l'as pas entendu prononcé avec le sourire...parce que ton article me l'a donné en tout cas!

    RépondreSupprimer
  5. tant mieux tant mieux si mes lecteurs/trices ont le sourire en me lisant ;o))

    RépondreSupprimer
  6. J'adore tes articles Coco, ont sent toujours ta passion. Je me retrouve bien dans le "doux-dingue" qui sourit en courant :-)

    RépondreSupprimer
  7. merci ;o))
    c'est vrais que je suis un peu passionnée, ça se voit tant que ça, lol ? ;o))

    RépondreSupprimer
  8. Tiens j'ai envie de courir !
    C'est peut être hors sujet mais depuis quelques semaines (je ne saurais dire exactement quand) j'ai tous mes symptomes physiques de stress qui sont réapparus et j'ai beau me creuser la tête je ne vois pas pourquoi je serais stressée. Et puis ça m'a frappée : et si c'est parce que je ne courais plus ?

    Je me rappelle avec émotion de ces nombreuses fois où je suis partie courir énervée et où je suis rentrée avec un sourire impossible à décoller de mon visage ! J'aime ce moment où je sens les endorphines se disperser partout en moi ! Bon sur ce je vais manger du chocolat moi ^^

    RépondreSupprimer
  9. Non ce n'est pas hors sujet du tout, au contraire....courir ça rend heureux, c'est pour ça que je règle mes bobos de runneuse (quand j'en ai) sans passer par la case médecin, je n'ai pas du tout envie d'être mise au repos forcé, les médecins ne se mouillent pas en général; "si tu as mal en courant et bien arrêtes de courir" tout l'inverse de ce que je pense en fait...Bien sûr il y a des blessures graves qui peuvent nécessiter l'arrêt du running momentanément mais quand tu vois sur twitter par exemple le nombre de gens qui entrent dans des protocoles médicaux hallucinants juste parce qu'ils courent, il y a matière à réfléchir....et du coup c'est moi qui suis totalement hors sujet, mais on s'en fiche royalement...
    Bonne séance de chocolat ;o))

    RépondreSupprimer
  10. On retrouve un peu de paix, quoi ! ;)

    RépondreSupprimer
  11. oui mais pas que....la paix je l'ai ici de toute manière, pour moi c'est vraiment de la joie, c'est différent, difficile à expliquer...ravie de te voir sur le blog en tout cas, merci pour ton com' ;o))

    RépondreSupprimer